Pourquoi suis-je infidèle ? Confession très intime d’un homme.

Extrait du livre de Guy Corneau. « N’y a t’il pas d’amour heureux ? » (Comprendre nos comportements affectifs pour une vie épanouie.). Au cours d’un atelier sur les relations amoureuses un homme souvent appelé à voyager a fait la confession suivante à propos de ses nombreuses infidélités conjugales.

Jean Dujardin dans le film Infidèle

« J’ai réalisé que la plupart du temps mes fugues masquaient une insatisfaction profonde dans ma vie de couple, une insatisfaction que je n’osais pas nommer par peur de tout faire éclater. L’infidélité me permettait en somme d’accepter un status quo qui autrement me paraissait intolérable. Cette stratégie me préservait d’avoir à incarner le « méchant » en provoquant la crise, et par dessus tout elle m’évitait de passer à travers la douloureuse épreuve de la rupture. Je me suis rendu compte aussi que mes infidélités me mettaient à l’abri d’un abandon éventuel par ma compagne. J’avais bien enterré en moi les douleurs d’avoir été trompé à quelques reprises, douleurs intenses qui m’avaient désillusionné par rapport à l’Amour. C’est comme si je m’étais juré de ne plus jamais être fidèle à une femme. Ceci m’amenait d’ailleurs à me sentir plus à l’aise dans des unions où j’aimais à moitié, vivant dans une sorte de détachement où je pouvais professer à mon aise la remise en question de la jalousie.

La souffrance criante – dans tous les sens du mot – de mes compagnes a pourtant fini par me faire comprendre combien non seulement je manquais de respect au cadeau d’amour qu’elle m’offraient, mais également combien je piétinais mon propre idéal amoureux. Les amourettes me permettaient d’échapper à cette pulsion très profonde en moi qui cherche désespérément à réaliser une relation intime avec succès.

Je regrette profondément la souffrance que j’ai pu occasionner chez les autres. En même temps je ne croule pas sous le poids de la culpabilité. Cette histoire est la mienne et et me permet d’entrevoir aujourd’hui une notion d’engagement dégagée d’une rigidité morale imposée. Lorsque le coeur est touché, il retrouve de lui même son intégrité.

Je sais depuis que je ne pourrais plus vivre avec une partenaire qui a une conception très étroite de la liberté. Chaque dimension intime doit être évaluée à la lumière de l’histoire de chacun. J’ai besoin d’un couple ouvert où chaque partenaire est suffisamment enraciné dans son processus personnel pour comprendre que l’infidélité place d’abord celui qui la commet face à lui même. »

CONSEIL COACHING. A l’évidence la question de l’autonomie sexuelle doit être discutée à la lumière des besoins de sécurité affective de chacun. Nous sommes différents sur ce sujet. Chacun des partenaires doit bien se recentrer sur ses personnels besoins et désirs sexuels et pouvoir les exprimer dans son couple en toute confiance et franchise. Tout est possible en matière de sexualité lorsque les deux partenaires partagent les mêmes envies et besoins : Un couple peut aimer et choisir le libertinage par exemple… car c’est lorsque l’homme et la femme sont épanouis sexuellement ensemble que la confiance totale et la fidélité s’installent. Un homme ou une femme est totalement libre de vivre la sexualité qu’il/elle souhaite. Mais on n’est pas obligé de suivre et on évite de juger. La vraie fidélité c’est l’honnêteté envers soi même et avec son partenaire. Alors mesdames ne faites pas les yeux doux à Don Juan si vous attendez une relation exclusive….

close
Agnès love coach

Inscrivez-vous à ma newsletter, et recevez mes conseils gratuitement !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !

Laisser un commentaire