silence radio durée

Cas coaching « Je n’arrive pas à séduire les femmes qui me plaisent, comment faire ? « 

Mail de Frédéric 52 ans : Marié trois fois, divorcé deux fois, j’ai le sentiment de n’avoir jamais été vraiment heureux ni malheureux d’ailleurs avec les trois femmes qui ont partagé ma vie. Je n’ai pas connu la passion. Avec aucune d’entre elles ! Je me définis comme un homme de devoir qui n’a aucune complicité avec les femmes.

Il faut dire que j’ai toujours cultivé un certain idéal féminin, à savoir une personne avec de l’allure, de l’éducation, cultivée et féminine. Alors, pourquoi avoir fait ma vie avec des femmes à l’opposé de ce profil-là ? Est-ce mon attitude de garçon ni dragueur, ni séducteur, ni blagueur, qui m’a « bloqué » dans l’approche des personnes du sexe féminin ?

Je voudrais être un « conquérant », trouver l’harmonie avec ma nouvelle compagne et être l’homme de la situation face à mon idéal féminin. Comment faire ?

Rester dans la croyance qu’il existe une partenaire idéale, qui viendra combler vos manques, votre carence affective, ou votre narcissisme, conduit obligatoirement à la déception. En amour (comme ailleurs), la perfection n’existe pas.

Poser un modèle absolu vous fait malheureusement passer à côté de la richesse intérieure, celle de vos compagnes et la vôtre. C’est oublier que vous avez fait les choix de l’homme que vous êtes vraiment – mais que manifestement vous connaissez peu – et non ceux de celui que vous auriez aimé être. Il est toujours bon d’écouter le second lorsque c’est pour s’engager à respecter des désirs de réalisation.

Mais lorsque c’est pour flatter son image, on se crée un « faux self » (un faux moi), c’est alors risquer d’être déçu de soi et, surtout, masquer la réalité de son être profond. Vous vous dites : ni dragueur, ni séducteur, etc.

Pourquoi voudriez-vous que cet homme-là soit un Don Juan ? (Et d’où vient cette aspiration dans votre histoire d’enfant ?) Plongez-vous dans la littérature. Elle regorge de figures de séducteurs, du vicomte de Valmont dans les « Liaisons dangereuses » à Georges Duroy dans « Bel-Ami » de Maupassant. Vous réaliserez qu’ils sont bien loin de l’harmonie, mais plus proches de la tragédie. Un chemin pour vous réconcilier avec vous ? Pour enfin apprendre à découvrir en toute conscience votre richesse intérieure et celle de votre nouvelle compagne !

Soyez VRAI, Soyez VOUS ! Bien à vous, Agnès.

Laisser un commentaire