enquete mariage

16 % des couples mariés se rencontrent via les applications

La société faireparterie vient de publier la plus grande étude sur le mariage réalisée en France. Ils ont interrogé 1 033 Français sur les dernières tendances mariage. Avec un chapitre exclusif : A quoi ressemble l’Amour aux temps du Covid-19 ?

Pour commencer, il y a de quoi se réjouir. D’après ce sondage sur le mariage réalisé par la faireparterie, seuls 2 % des couples mariés en 2020 ont remis leur relation en question. L’étude révèle par ailleurs l’évolution remarquable du couple ces dernières années : de plus en plus, l’Amour se trouve non pas dans les lieux de socialisation traditionnels, mais en ligne. Explications.

Commençons par un aperçu rapide des résultats :

  • Le mode de rencontre : La première place revient au cercle amical (24 %), suivi par les applications de rencontre (16 %). Les applications sont même le premier mode de rencontre pour les 40-50 ans.
  • La durée : Les Français préfèrent attendre avant de se passer la bague au doigt ! Il est de coutume de se marier après 3 à 5 ans de relation. Bien qu’une minorité très impatiente (2 %) se dise oui après moins d’un an de relation.
  • Les motivations : Les Français se marient par amour, cité comme raison cruciale par 95 % des répondants. En deuxième position arrive la fête (90 %), puis les valeurs et traditions (74 %) et l’envie de fonder une famille (70 %).

Bonne nouvelle : La motivations du mariage en 2021 : Les Français se marient par amour, cité comme raison cruciale par 95 % des répondants.

16 % des couples mariés se rencontrent via les applications

Il y a encore quelques années, les sites de rencontre souffraient d’une image très négative. On peut même dire qu’il existait un stigmate envers les amoureux qui s’étaient rencontrés par ce biais, ces derniers rechignant souvent à le révéler à leurs proches. Il en va tout autrement aujourd’hui ! La pratique s’est tellement normalisée qu’elle a détrôné le milieu professionnel : il est plus probable de trouver son conjoint via les apps que sur le lieu de travail.

Ceci est d’autant plus vrai à partir de 40 ans. 26 % des répondants entre 40 et 50 ans ont rencontré leur partenaire en ligne, bien davantage que via le cercle amical. Il est en effet plus difficile de faire des rencontres à partir d’un certain âge, qu’elles soient amoureuses ou platoniques : en vieillissant, les cercles amicaux rapetissent, certains amis s’éloignent, des connections s’étiolent. Les sites offrent une alternative bienvenue pour tisser de nouveaux liens avec des personnes qui nous ressemblent.

Les rencontres en ligne ont leurs limites, cependant. Elles fonctionnent évidemment très bien pour de nombreuses personnes, mais peuvent avoir des effets psychologiques délétères sur leurs usagers. Ayesha Vardag, avocate britannique spécialisée dans les divorces, rappelle ainsi qu’il y a « une certaine avidité dans les rencontres en ligne. Il s’agit d’une sorte de menu numérique (…) Il est facile de se laisser emporter par l’euphorie de la gratification instantanée. »

Amour et confinement : entre ruptures et rapprochement

Ce n’est un secret pour personne, Covid-19 a redessiné la carte de l’Amour – en bien comme en mal. D’après une étude de Yeswebloom, 27 % des Français ont eu le désir de rompre en plein confinement, soit plus d’un quart de la population ! Contrairement à certaines prédictions, l’obligation à rester chez soi n’a pas mené à un baby boom : il s’avère qu’être coincés à deux au quotidien est davantage un fardeau qu’un facteur d‘épanouissement pour les couples.

D’après l’étude, si les couples sont peu nombreux à envisager la rupture, le stress dû à la pandémie a néanmoins eu un profond impact sur les relations amoureuses. Ainsi, 37 % des sondés ne se réjouissent plus du tout à l’idée de convoler en justes noces, et la moitié s’inquiètent du bon déroulement de la cérémonie. Plutôt qu’un jour de bonheur, les fiancés voient leur mariage comme un fardeau ou une formalité dont ils aimeraient se débarrasser au plus vite ! Sans surprise, le confinement a représenté une dure épreuve pour les amoureux.

Le fait de passer l’essentiel de la journée ensemble, sans distractions en extérieur, a conduit beaucoup de gens à porter un nouveau regard sur leur union. Les imperfections qui semblaient autrefois attendrissantes se sont avérées bien plus exaspérantes sur le long terme ; les styles de vie, valeurs et priorités incompatibles ont plus facilement mené à des conflits, là où ils étaient tolérés en temps normal. Il n’est en effet pas habituel pour un couple de passer tout son temps ensemble. Chacun doit avoir son jardin secret, son espace pour respirer.

Cependant, la rupture n’a rien d‘inéluctable, comme l’explique la psychothérapeute américaine Marni Feuerman : « Les couples solides se sont davantage renforcés. Ils savaient déjà tirer parti de leur relation en période de stress. Les couples qui ont été les plus affectés sont ceux qui avaient des problèmes bien avant la pandémie. » Plus la relation est belle, sincère et basée sur la confiance et le respect mutuels, moins elle sera affectée par l‘adversité – Corona ou pas Corona !

Merci à Hélène Belaunde pour sa collaboration, retrouvez l’étude en cliquant sur ce lien https://www.faireparterie.fr/etude-exclusive-mariage/#rencontre

·       

close
Agnès love coach

Inscrivez-vous à ma newsletter, et recevez mes conseils gratuitement !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !

Laisser un commentaire