Agnès Love coach

MADAME FIGARO. 40 ans toujours célib’

40 ans toujours célib’ : ces quadras qui n’ont jamais connu la vie à deux

Voici un article paru ce mois dans le Figaro et dans lequel j’interviens. Vous pourrez y lire mon analyse sur cette situation courante en 2022 ! Un sujet intéressant et très actuel. Agnès Love Coach

Par Caroline Lumet – Madame Figaro – Publié le 15/07/2022 – Avec la participation de Agnès Love Coach
À 44 ans, près d’un Français sur 10 n’a jamais vécu en couple © Getty Images

DÉCRYPTAGE.- À l’âge de 44 ans, près d’un Français sur 10 n’a jamais vécu en couple. Certains s’en félicitent, d’autres non. Mais tous sentent que ce célibat les marginalise à plus ou moins grande échelle.

Entre le canapé et les fauteuils design du salon de Jean, un nouveau venu vient de faire sa place : un panier pour chien en osier, tapissé d’un matelas bleu canard. À 41 ans, Jean vient d’adopter Ulysse, un bouledogue, «pour avoir “quelqu’un” qui m’attend chez moi le soir», dit-il. Beau garçon, cadre de la fonction publique, sociable et sympa, Jean n’a, selon lui, «qu’une tare : être célibataire depuis toujours». Ou plus exactement, n’avoir jamais vécu en couple. Par le passé, il a entretenu des relations, plus ou moins longues, mais aucune n’a abouti à l’étape de l’emménagement à deux. Pas une de ses amantes n’a suscité de déclic chez lui. «Et réciproquement, aucune n’a jamais abordé ce sujet avec moi. Même quand nous nous entendions bien, il y avait toujours quelque chose qui clochait». Lucile avait des horaires décalés. Valentine était trop pagayeuse. Les vacances avec Magalie, puis avec Claire, ont révélé qu’ils n’étaient pas en phase.

Amour et exigence

Comme Jean, 11,8% des Français et 7,3% des Françaises n’ont jamais vécu en couple à 44 ans, d’après la dernière enquête «Couples et familles» de l’Insee, en 2015. Des chiffres symptomatiques d’une génération exigeante, selon Agnès Verfaillie, qui exerce comme «love coach». «Ce sont des quadragénaires habitués à avoir la possibilité de comparer, d’évaluer, de mettre en balance. À mesure que le temps passe, leur exigence frise l’intransigeance», poursuit la spécialiste qui a vu de nombreux quadragénaires dans cette situation venir chercher son aide. Et d’ajouter : «À force de vivre seul, la mise en couple devient plus compliquée. Les habitudes sont difficiles à rompre et l’arrivée d’un autre qui bouleverse son quotidien bien rythmé peut paraître malplaisante. Beaucoup aussi ont peur : peur de l’engagement, peur de reproduire des schémas parentaux».

Agnes love coach
Agnès Verfaillie Love Coach

Pour Agnès Verfaillie, cet essor du célibat à durée indéterminée serait aussi en partie causé par «les applis de rencontre qui nous plongent dans un système de consommation». On aborde la mise en couple comme l’achat d’une voiture ou d’un scooter : argus, liste des «pour» et des «contre», comparaison des personnes sur le marché, exigence à la hausse. On «swipe», on passe à autre chose. «En 2022, on est à l’amour jetable. On renonce au premier conflit, on se dit qu’on souffrira moins seul(e) qu’à deux», ajoute-t-elle.

Être en couple n’est plus la norme

L’explication de cette solitude du quadra est aussi sociologique. «Avec l’allongement du temps d’entrée et de stabilisation dans la vie professionnelle, les calendriers professionnels et conjugaux se superposent et se concentrent désormais sur l’âge de la trentaine, ce qui rend parfois la possibilité de trouver un partenaire stable plus difficile lors de cette décennie, explique Cécile Van de Velde, chercheuse ayant longuement enquêté sur la sociologie de la solitude. Et ça l’est encore plus quand les autres membres de la génération sont désormais majoritairement en couple.»

En 2022, on est à l’amour jetable. On renonce au premier conflit, on se dit qu’on souffrira moins seul(e) qu’à deux

Agnès Verfaillie, «love coach»

D’autant plus que le couple n’est plus la norme. Exit la société mono familiale où il fallait trouver sa moitié pour être complet. Être seul ne signifie pas n’avoir aucune relation. Cette situation s’accompagne parfois d’aspiration à rencontrer quelqu’un, mais pas toujours. «Le sociologue Eric Klinenberg l’a montré : vivre seul(e) peut constituer de plus en plus un choix de vie assumé et lié à une forte intégration sociale. La norme du couple n’est plus l’injonction unique pesant sur les existences (même féminines) dès l’âge de la jeunesse : s’engager avec quelqu’un relève aussi donc d’un choix “positif” allant de pair avec la possibilité d’attendre un partenaire plus adéquat», reprend Cécile Van de Velde.

Reléguée en bout de table

Mais la vaste étude des parcours individuels et conjugaux menée par l’Ined et l’Insee et publiée en 2020 montre que ce célibat, qu’il soit choisi ou subi, impacte fortement encore la vie sociale. Car la vie à deux reste très majoritaire entre 26 et 65 ans, et demeure le modèle socialement valorisé. Lotta aime sa solitude. Photographe animalière, elle chérit cette indépendance. «Sauvagement, je suis parfois amoureuse, mais personne ne me ferait renoncer à ma liberté», assure-t-elle. Elle regrette cependant une chose : que son célibat impacte ses relations sociales. «Quand vos amis, vos cousins, tous les gens de votre âge se mettent en couple puis font des enfants, vous vous retrouvez peu à peu en décalage.»

S’il est de plus en plus possible de revendiquer son célibat à la quarantaine, pour les femmes, il reste fondamentalement pensé comme une transgression sociale.

Cécile Van de Velde, sociologue

Elle raconte les restaurants où elle se retrouve en bout de table, les vacances entre amis où elle récupère systématiquement la plus petite chambre. «Il y a aussi toutes les conversations où je suis sans avis, parce que je n’ai jamais eu à m’énerver contre des chaussettes sales laissées dans l’entrée ou que je n’ai jamais été confrontée aux nuits sans sommeil à la naissance d’un enfant», confie-t-elle.

Rendez-vous arrangés

Cette marginalisation est ressentie par de nombreux quadragénaires solos. L’enquête de l’Insee et de l’Ined en 2020 en témoigne et conclut : quels que soient leur milieu social, leur sexe, leur âge ou leurs aspirations, tous les célibataires sont ou ont été incités par leur entourage à faire couple. De façon plus ou moins subtile. Quand il ne s’agit pas de véritables embuscades, comme des rendez-vous arrangés où le malaise règne.

Mais ce qui gêne le plus Anne, greffière de 47 ans, c’est l’injustice sémantique : «Pourquoi parler d’un célibataire endurci et d’une vieille fille ?», s’insurge-t-elle. Nombre de chercheurs ont montré que les représentations du célibat restent extrêmement genrées. «Même s’il est de plus en plus possible de revendiquer son célibat à la quarantaine, pour les femmes, il reste fondamentalement pensé comme une transgression sociale», confirme la sociologue Cécile Van de Velde.

Certains pensent que je suis une lesbienne qui ne s’assume pas, d’autres que je suis infertile, misogyne ou que je cache un sombre secret.

Anne, 47 ans

«Quand vous n’avez jamais été en couple, vous sentez les regards suspicieux, vous apprenez qu’untel a interrogé un de vos proches : certains pensent que je suis une lesbienne qui ne s’assume pas, d’autres que je suis infertile, misogyne ou que je cache un sombre secret, liste Anne. Alors que je n’ai juste pas trouvé le prince charmant.» Or, c’est peut-être dans cette quête du Graal, d’une perfection tout utopique, que réside tout le problème.

Par Caroline Lumet – Figaro Madame – Publié le 15/07/2022 – Avec la participation de Agnès Love Coach

close

Inscrivez-vous à ma newsletter

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.