Le micro-cheating* quand on est en couple, est-ce tromper ?

De plus en plus de coachés me parlent de ce nouveau phénomène. Et sans vous en rendre compte, vous faites peut-être partie des personnes en couple qui pratiquent le “micro-cheating”. Mais prenez garde, cette forme d’infidélité pourrait bien être fatale pour votre relation…

Ghosting, hauting, wokefishing… Les apparitions d’anglicismes pour désigner des tendances amoureuses sont légion. C’est le cas du micro-cheating, que l’on pourrait traduire par ‘‘petite tromperie’’ en français et qui fait référence à un comportement infidèle.

Concrètement, c’est quoi le micro-cheating ?

‘‘Cheating’’ signifiant tromper en anglais, le micro-cheating est une forme de tromperie. Jusqu’ici, rien de bien nouveau, nous direz-vous. Mais le ‘‘micro’’ a son importance. Alors, comment peut-on tromper son ou sa partenaire, ‘‘juste un petit peu’’ ? Eh bien, parce que le micro-cheating est une forme d’infidélité qui n’implique pas de relation sexuelle, mais plutôt une intimité émotionnelle. Pour l’experte en relations amoureuses Melanie Schilling, ‘‘le micro-cheating est une série de petites actions qui indiquent qu’une personne est émotionnellement ou physiquement focalisée sur quelqu’un d’autre, en dehors de sa relation.’’

Quels sont les signes de la micro-tromperie ?

Pour la spécialiste, certains comportements sont significatifs du micro-cheating : le fait d’envoyer des textos à quelqu’un d’autre en secret, d’enregistrer le numéro d’une personne dans son téléphone sous un faux nom ou prétendre que l’on est célibataire alors que ce n’est pas le cas. Toutefois, tempère l’experte, il arrive également que celui ou celle qui pratique cette ‘‘mini-infidélité’’ ne se rende pas compte qu’il peut blesser l’autre. Mais si cette tendance devient une habitude secrète sur le long terme et devient quasi-systématique, il se peut que votre comportement cache un problème plus gros au sein de votre couple. ‘‘Si on cache quelque chose à son partenaire, mieux vaut se demander pourquoi on agit ainsi’’, avertit la spécialiste.

Le micro-cheating, c’est mal ?

Flirter gentiment ou avoir besoin de séduire de temps en temps sont des comportements humains. Ce n’est pas parce que vous avez liké une photo d’un canon que vous trompez votre partenaire. Par ailleurs, les relations ne sont pas toutes les mêmes et chaque couple a ses propres limites et sa vision de la fidélité et de l’infidélité. Quelques likes sur Instagram n’ont rien de bien dangereux, mais finalement, tout dépend de l’intention que vous y mettez. C’est donc à vous de jauger si le “micro-cheating” est véritablement associé à de l’infidélité ou à un besoin extrême de séduction par exemple. Est-ce une vieille habitude ? Le simple plaisir de séduire ? ‘‘S’il s’agit d’une habitude inconsciente que votre partenaire a développée au fil du temps, alors vous êtes en droit de définir de nouvelles limites’’, explique Melanie Schilling.

Quelquefois, derrière le micro-cheating se cache aussi un manque de stimulation au sein de sa relation, un problème de confiance en soi… Dans tous les cas, demandez-vous si votre partenaire pourrait être affecté.e par votre attitude. Le micro-cheating peut être une pente glissante, alors pour ne pas franchir la ligne rouge et passer de la micro-tromperie à la grosse tromperie, mieux vaut mettre les choses à plat dans votre couple.

Agnès Verfaillie d’après © Huffingston Post

close
Agnès love coach

Inscrivez-vous à ma newsletter, et recevez mes conseils gratuitement !

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables !

Laisser un commentaire